Bandeau
LES DISCIPLINES SPORTIVES CANINES
DE LA S.C. ST HUBERT DE L'OUEST

AGILITY

photosphotos

C'est d'Angleterre que nous est venue cette discipline.

Deux personnes contribuent à l'essor de cette discipline en France, Jean-Paul Petitdidier qui , après une rencontre avec l'anglais Peter Lewis, élabore un projet de règlement présenté à la S.C.C. le 20 octobre 1987. Le 1er janvier 1988 la S.C.C. homologue définitivement l'Agility.

C'est une activité ludique comprenant : un règlement sportif et un cahier des charges

Il y a deux types d'épreuves :

- L'une s'appelle AGILITY:

Celle-ci comprend différents types d'obstacles : des sauts (haie, pneu, saut en longueur, mur), des obstacles à zones (passerelle, palissade, balançoire,table) et des obstacles de passage (tunnel souple dit "chaussette", tunnel rigide, slalom). Sur les obstacles à zone, le chien doit obligatoirement mettre au minimum une patte dans les zones de montée comme de descente, le chien doit rester 5 secondes sur la table.

- L'autre s'appelle JUMPING:

Le jumping est essentiellement composé d'obstacles de sauts, tunnels et d'un slalom Le tracé des épreuves est laissé à l'imagination du juge, officiant lors des concours, qui s'appuie sur un règlement international. A l'occasion d'un concours, l'équipe "Maitre-Chien" doit mettre en évidence la qualité d'exécution des différents obstacles, la complicité qui règne entre le conducteur et son chien. La vitesse n'est pas la priorité dans le parcours, mais sa qualité d'exécution. A chronomètre égal, l'équipe qui aura réalisé le parcours avec le moins de fautes, donc moins de pénalités sera classé devant. Les pénalités sont les fautes et les refus que peut faire un chien sur le parcours, chacun étant pénalisé par 5 points.

Toute personne désirant pratiquer doit être titulaire d'une licence délivrée par la Société Centrale Canine via la commission Nationale d'Education et Agility. Les conditions d'attribution de cette licence, réservée aux membres d'une association affiliée sont subordonnées à l'engagement du licencié à respecter les règlements généraux de la Cynophilie française et la charte de déontologie.

Il existe 4 catégories de chiens selon leur taille et leur vélocité:

- Catégorie A pour les chiens de moins 37cm au garrot.

- Catégorie B pour les chiens de 37cm et moins de 47cm au garrot.

- Catégorie C pour les chiens de 47cm et plus au garrot.

- Catégorie D pour les chiens molossoïdes, ou les chiens peu véloces comme le Dogue allemand, Léonberg, Rotweiller etc...

En fonction de ces différentes catégories le juge règlera la hauteur des sauts correspondant à la catégorie :

- A 35cm

- B et D 45cm

- C 60cm

Il adaptera également la vitesse d'évolution pour chacune d'elle. Ex : 2,20 mètres/seconde, en catégorie A pour une épreuve avec zone Agility.

CAMPAGNE

photosphotos

Cette discipline est typiquement française

Elle comprend des exercices d’assouplissement, de mordant et de saut qui se font sans ordre établi à l’avance et sur des terrains variés pourvus d’obstacles naturels.

Les concours de travail pratique en campagne représentent un élargissement du domaine d'action des concours en ring : les épreuves ne se déroulent pas en champ clos et semblables entre eux, avec des sauts conventionnels, mais sur des terrains variés pourvus d'obstacles naturels. Le chien peut y mettre en valeur tout l'éventail de ses possibilités physiques et de son tempérament, d'autant que le programme est complété par des exercices de pistage et de travail à l'eau. Son instinct d'initiative est ainsi mis continuellement à l'épreuve car les différents types d'exercices alternent aux fils d'un parcours, renouvelé d'un concours à l'autre.

Afin de promouvoir ce programme et de permettre aux débutants de faire leurs premiers pas dans cette discipline, il a été prévu deux épreuves, par ordre croissant, avant d'accéder au concours sélectif :

- Un brevet campagne.

- Un campagne 350 points.

Ces épreuves se distinguent par rapport aux sélectifs par la suppression de certains exercices parmi les plus difficiles, tout en conservant une progression logique.

Dans ce programme, si les réflexes conditionnés gardent logiquement leurs valeurs dans le psychisme du chien, une grande place est laissée à l’esprit de décision et d’initiative.

Comme pour toutes les disciplines comportant du mordant, le chien devra être :

- être titulaire d'un pedigree reconnu et être entier pour les mâles

- être titulaire d'un pedigree reconnu et être entier pour les mâles

- être titulaire du CSAU

- être âgé de plus de 12 mois

- posséder un carnet de travail et une licence d'utilisation

COURSING LEVRIER

photosphotos

Cette discipline ne concerne que les lévriers. Elle met en valeur la vitesse des concurrents, leur endurance et leur talent de chasseur.

Il y a trois sortes d'épreuves :

1) Les Epreuves Nationales sur Cynodrome (E.N.C.).

Baptisées courses ou racing dans notre jargon elles se déroulent sur un cynodrome, étalonné puis agréé par la Commission Nationale d'Utilisation des Lévriers dite" Commission Lévriers".

Le Lévrier y dispute d'abord une course contre la montre dite de qualification, appréciée par rapport à une vitesse de référence (10 à 15 mètres par secondes) dite temps de base.

Il est alors classé en : Internationale, A, B, C, D. Ensuite il dispute des courses à la place où il affronte les concurrents de sa catégorie.

2) Les Epreuves Internationales. (I.T)

Ce sont des épreuves internationales sur cynodrome. Elles se disputent à la place, après sélections soit au temps, soit à la place en séries.

Elles diffèrent des E.N.C. par la répartition des catégories en l'absence d'un minimum imposé de vitesse, mais réunissent souvent des concurrents de grande valeur.

3) Les Epreuves de Poursuite à Vue sur Leurre (E.P.V.L.)

Ce sont des courses à deux concurrents, rappelant l'aptitude à la chasse. Les Lévriers poursuivent un leurre sur un long parcours en slalom comprenant des obstacles et placé dans la nature. Chacun est jugé sur son comportement à partir de sa vitesse, sa résistance, son ardeur, son astuce, son courage, et son art de capture à l'arrivée. A l'étranger les E.P.V.L. sont appelées Coursing et le jugement est différent.

L'apprentissage :

Le jeune Lévrier est amené au terrain à un âge compris généralement entre 6 mois et 1 an selon la race. Il doit être assez jeune pour que l'on profite de sa tendance naturelle à jouer et courir après un leurre, mais assez formé pour ne pas risquer de lui abîmer le squelette par des erreurs d'entraînement. Il pourra commencer à courir officiellement après 12 ou 15 mois selon la race.

EXPOSITIONS

photosphotos

Selon Wikipédia, une exposition canine ou concours canin est avant tout un concours de beauté durant lequel éleveurs et particuliers viennent soumettre leurs chiens de race aux critiques d'un jury.

Dans les faits, l'objet principal d'une exposition canine est de choisir parmi les chiens présents ceux qui se rapprochent le plus du standard de chaque race afin de sélectionner les futurs reproducteurs.

Une exposition canine est un véritable show où, une fois examinées les qualités de chaque chien par rapport au standard, intervient le classement des concurrents les uns par rapport aux autres.

Dans ce but, dans chaque expositions en France de nombreux chiens parmi 350 races ou variétés sont présentés sur 1 ou 2 jours à plusieurs juges dans les différentes classes d'engagements dans le but d'obtenir le meilleur qualificatif possible. Si la manifestation est de niveau international, elle se doit d'avoir dans son jury des juges étrangers. Cette particularité attire une grande quantité d'éleveurs qui recherchent avec ces juges étrangers une notoriété internationale pour leurs chiens.

Pour chaque race, le juge doit examiner et classer les chiens suivant une conformité à un standard. Il attribue divers qualificatifs (excellent, très bon, bon et assez bon) dans les différentes classes (Puppy, Jeunes, Intermédiaire, Ouverte et Vétéran). Au premier de certaines classes et en fonction de la qualité du sujet, il peut distribuer un CACS ou CACIB (Certificat d'Aptitude de conformité au Standard ou Certificat d'Aptitude au Championnat International de Beauté). Il détermine en final le meilleur sujet de la race qu'il examine pour que celui-ci puisse en fin de journée être présenté pour le titre de Meilleur Chien de l'Exposition.

MONDIORING

photosphotos

Le Mondioring a été élaboré par des délégués de plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, dans l’espoir qu’il puisse devenir le relais de programmes nationaux déjà existants. Qu’il permette une union enrichissante de tous les amateurs du chien de travail, débutants ou chevronnés.

Il a pour objectif d’être:

- pour les spectateurs, un divertissement,

- pour les participants, un jeu aux difficultés progressives,

- pour les passionnés de dressage, un sport de compétition.

Pour pratiquer le Mondioring, il faut un terrain clos équipé de matériel divers, et une ou deux personnes protégées par un costume qui seront les partenaires des chiens, de leurs conducteurs et des juges chargés de les départager dans les concours, aux conditions prévues par le règlement. Ce règlement concerne l’ordonnance des épreuves, les points attribués aux exercices et les pénalités relatives aux fautes commises.

Pour être accessible au plus grand nombre, le programme du Mondioring se doit d’être:

- concis dans son descriptif,

- simple dans sa pratique,

- clair dans son jugement.

Les juges ne devront jamais oublier le souci qui a animé les concepteurs de ce programme, chaque fois qu’il se présentera une circonstance exceptionnelle non prévue ou mal définie par le règlement. Ils devront avant tout respecter l’esprit de ce règlement et s’interdire toute interprétation abusive préjudiciable au chien.

La finalité du Mondioring est de mettre en évidence:

- les aptitudes du chien,

- la qualité de son dressage,

- la maîtrise de son conducteur,

- et surtout le patrimoine génétique du chien.

Le programme est constitué de trois sortes d’épreuves qui se dérouleront obligatoirement dans l’ordre suivant:

- exercices d’assouplissement,

- exercices de saut,

- exercices de mordant.

L’ordre de ces exercices sera tiré au sort par les concurrents au début de chaque concours, et sera le même pour tous.

OBEISSANCE

photosphotos

L'Obéissance est une discipline reconnue par la Société Centrale Canine et la Fédération Cynologique Internationale.

L'Obéissance demande aux chiens d'exécuter avec rigueur un programme très précis comportant des exercices de marche au pied, d'absence du maître, de rappel, de saut de haie, de rapport d'objet, d'envoi en avant et de mise en positions.

Les chiens de toutes races inscrits ou non sur un Livre des Origines reconnu par la FCI peuvent participer aux concours d'Obéissance à partir de 12 mois. Ils doivent obligatoirement être titulaires d'un carnet de travail délivré par leur Organisation Cynologique Nationale, d'une licence d'Utilisation et avoir satisfait aux épreuves du Certificat de Sociabilité et d'Aptitude à l'Utilisation (CSAU).

Dans les concours officiels, jugés par des juges d'Utilisation, les chiens débutants doivent exécuter les exercices leur permettant d'obtenir leur Brevet d'Obéissance. Ils peuvent ensuite concourir en classe 1, en classe 2 et, à partir de 18 mois, en classe 3.

Sans avoir pour objectif la participation aux concours, les propriétaires de chiens ne peuvent que tirer grand profit de la pratique des exercices d'Obéissance qui renforce leur entente avec leurs compagnons. Conscients de ces avantages, de nombreux clubs d'Éducation ont pris ces exercices comme base de leur programme éducatif.

OBERYTHMEE

photosphotos

Il s'agit d'éducation canine, dans un style libre et sur fond musical, avec le double objectif : se faire plaisir et avoir un chien obéissant.

Elle permet de canaliser l'énergie du chien et de créer des liens très forts avec lui. Elle augmente chez le chien la capacité d'adaptation aux nouveaux défis, car il y est systématiquement confronté. Le chien devient plus attentif au maître et peut avoir une concentration accentuée sur sa tache. L'obéissance rythmée peut être pratiqué sans équipement spécifique, en tous lieux, et par tous : jeunes et moins jeunes.

Le chien effectue sous la directive du maître des mouvements et des positions qui sont enseignés par la méthode naturelle d'éducation. On utilise les renforcements positifs, par l'emploi de friandises, jouets, clicker.

Les mouvements et les positions sont des exercices classiques, le "coucher assis debout", mais ne sont jamais caricaturaux ni physiquement néfastes pour le chien. Ils sont effectués à gauche et à droite du maître, devant et derrière, avec des sauts, à grande distance, etc...

Sur la base de ces mouvements, l'équipe maître-chien évolue sur un fond musical, en suivant le rythme.

Dans le cadre d'un club canin, ces mouvements peuvent compléter les exercices habituels, ils apporteront du piment et des nouveautés. Ce sera peut-être un nouveau défi qui ne fera qu'accroître l'obéissance globale du chien. Il y a dans ces exercices et la manière de les exécuter une obligation de contact avec le chien (je ne parle pas uniquement d'un contact physique). Le maître créé une demande qui devient pour le chien un besoin, le tout se fait dans la joie et le plaisir. Finies les contraintes, place aux rythmes... éducatifs.

Par la suite, des équipes maître-chien peuvent présenter des chorégraphies lors de démonstrations devant le public.

Dans l'avenir, on envisagera l'organisation de concours où les pratiquants seront notés par rapport aux qualités artistiques et techniques de leur prestation. Le juge va évaluer l'exécution des figures, des enchaînements, des changements de tempo et la synchronisation des mouvements du couple maître-chien, sur des programmes qui sont en cours d'élaboration.

Cette discipline a un côté spectaculaire, artistique et ludique qui la rend très appréciée par le public. Les pratiquants donnent une image valorisante du chien, ils participent à cet ensemble harmonieux qui devient plaisir.

PISTAGE

photosphotos

Les concours de pistage ont pour but de mettre en valeur les qualités olfactives du chien.

Mais également après dressage, sa faculté de réflexion et d'analyse (identifier une personne à l'intérieur d'un groupe, négocier les pièges que représentent les fausses pistes).

Six catégories de difficultés croissantes sont organisées par les clubs intéressés à l'occasion des concours.

En pistage libre : (Le chien travaillant seul):

- Épreuve BREVET (avec une partie au trait de Limier)

- Concours B

- Concours C

En Trait de Limier : (Le chien faisant équipe avec son conducteur):

- Piste froide ( 1 heure )

- Trait de limier ( T L )

- Trait de Limier Sélectif ( TLS )

Un système de pénalisation permet de classer les concurrents :

- 80% des points attribuent le qualificatif excellent

- 70% des points attribuent le qualificatif très bon

- 60% des points attribuent le qualificatif bon

Pour participer le chien doit :

- Avoir un certificat de naissance ou un pedigree

- Être entier pour les mâles

- Être titulaire du CSAU

- Être âgé de 12 mois minimum

- Avoir un carnet de travail de la SCC et une licence d ' utilisation .

- Appartenir à un Club

RECHERCHE UTILITAIRE

photosphotos

La Recherche Utilitaire est une discipline sportive assez marginale, qui se pratique sous l’égide de la Société Centrale Canine via la Commission d’Utilisation Nationale, Groupe de Travail Recherche Utilitaire.

Le règlement précise : « La pratique de la Recherche Utilitaire est commandée par deux objectifs principaux :

ϖ Utiliser les possibilités olfactives des chiens dans toutes les conditions (topographiques, météorologiques, dans le temps).

ϖ Un côté sportif dont l’aboutissement se situe dans l’atteinte de la réussite du tandem «maître et chien » face aux tracés auxquels il se trouve confronté. »

Son objet n’est pas de former des équipes destinées à la recherche opérationnelle, mais le cas échéant, un concours peut être apporté aux autorités compétentes à leur demande.

Il s’agit de retrouver une personne disparue dans la nature, ainsi que 5 objets personnels qu’elle a perdus, à partir d’un indice olfactif lui ayant appartenu (vêtement) et d’un témoignage sur les conditions de sa disparition (lieu, heure...).

L’équipe n’est jugée que sur le résultat. Il n’y a pas de pointage, pas de classement, et donc pas de championnat.

La recherche s’effectue en pleine nature, donc en milieu non protégé, avec plus ou moins de perturbations, prévisibles ou pas (animaux, circulation, habitations..), sur des sols (assises) de toutes natures (herbe, terre, pierraille, goudron...) dans un environnement variable (plaine, forêt, relief...) et dans toutes les conditions météorologiques, ou presque.

L’entrée dans la discipline se fait par le Brevet sur un parcours de 1 km environ avec un refroidissement de 1 h 30. Il donne accès à la Classe 1 (1,2 à 1,5 km après 2 h). Deux réussites en Classe 1 dont une avec mention excellent (2 objets sur 5) ouvrent l’accès en Classe 2 ( 1,8 à 2 km après 2 h 30). Deux réussites en Classe 2 dont une avec mention excellent ouvrent l’accès à la Classe 3 (2 à 2,5 km après 4 h).

L’équipe n’est jugée que sur le résultat, et non sur la manière de l’obtenir.

Par rapport aux autres disciplines de pistage, la Recherche Utilitaire se différencie par le fait que c’est le chien qui a la prise de responsabilité ; il doit pouvoir le faire dans un climat de confiance que le maître aura su créer et développer pendant la formation.

Par ailleurs le chien doit être capable de travailler en quête quand l’environnement le nécessite, comme en milieu urbain par exemple. Attitude pénalisée en français, RCI, FCI.

RING

photosphotos

Comme son nom l’indique, le Ring se déroule dans un ring clos.

C’est une discipline très ancienne en France.

Elle comporte :

- des exercices d'assouplissement : suite au pied en laisse, suite muselée, absence du conducteur, rapport d’objets, positions à distance, en avant, refus d’appâts

- des exercices de saut : palissade, «fossé», haie

- des exercices de mordant : attaque lancée de face, défense du maître, fausse attaque, attaque fuyante, recherche et conduite, garde d'objet.

Elle comprend trois niveaux de difficultés croissante :

- Ring I, qualification en échelon 1

- Ring II, qualification en échelon 2

- Ring III, qualification en échelon 3

avec une épreuve préalable : le Brevet de Chien de Défense, qui donne accès à l' échelon 1.

Pour être présenté au brevet, un chien doit être âgé d’au moins 12 mois, être titulaire du CSAU, posséder un certificat de naissance et pour les mâles être complet. Le conducteur doit faire partie d'un Club d'utilisation et posséder une licence pour son chien.

RCI

photosphotos

C’est une discipline d’inspiration germanique qui comporte des exercices d’assouplissement, de défense et de pistage.

C'est la seule discipline officiellement reconnue par la Fédération Cynologique Internationale.

La diversité des épreuves permet de sélectionner des caractères différents et est donc une source d'enrichissement pour l'élevage. C'est une copie conforme du Schutzhund Allemand.

Ce qui explique peut-être que c'est l'épreuve reine du berger allemand, talonné par les bergers belges encore peu représentés dans cette discipline :

- Le R.C.I 1, concours international classe 1

- Le R.C.I. 2, concours international classe 2

- Le R.C.I. 3, concours international classe 3

Chaque concours donne lieu à 3 épreuves :

- Travail de flair : pistage

- Soumission-sociabilité-épreuve au coup de feu : obéissance

- Test de courage : protection

C’est un sport canin qui met particulièrement en valeur les sujets exempts de peur, de lymphatisme et de tristesse.

L’âge minimum d’admission dans ces divers niveaux est de :

- 14 mois pour le certificat de R.C.I.

- 18 mois pour les autres niveaux

Comme pour toutes les disciplines comportant du mordant, le chien doit :

- être titulaire du CSAU

- d'un pedigree reconnu

- être entier pour les mâles

- son conducteur devra appartenir à un club d'utilisation

- et détenir une licence.

SEANCES DE CONFIRMATIONS

photosphotos

Dans la pratique de l'élevage canin, la confirmation d'un chien est un passage obligatoire pour la reproduction de l'espèce en France. C'est un jugement destiné à délivrer leur pedigree définitif aux chiens de race arrivés à l'âge adulte. A sa naissance un chiot est inscrit provisoirement au Livre des Origines Françaises mais il ne sera inscrit définitivement au LOF qu’après passage devant un juge (expert-confirmateur ou spécialisé de cette race) qui confirmera la conformité au standard de la race.

Ces examens de Confirmation se font généralement lors des expositions canines ou des séances de confirmation organisées par les Clubs de race, qui se déroulent régulièrement en France.

Dans ce but, la Société Canine St Hubert de l'Ouest organise tous les ans une dizaine de séance de confirmation ouverte aux personnes qui souhaitent faire confirmer leurs chiens. Ce qui représente environ 1 200 chiens à confirmer sur un an pour les nombreux juges officiant lors de ces manifestations.

Ces séances sont ouvertes à tous les propriétaires de chiens qui souhaitent faire examiner leurs compagnons. L'examen est réalisé par un juge qualifié pour la race et dure quelques minutes.

TRAVAIL A L'EAU

photosphotos

Cette discipline est ouverte aux chiens de races retenues : (TERRE-NEUVE, LANDSEER, RETRIEVER, LEONBERG ,BERGER POLONAIS de PODHALE, HOVAWART, BOUVIERS SUISSES et tous les chiens d'eau du 8éme groupe). Pour qu’une nouvelle race soit admise à la discipline, il faut que la CUNSE donne son accord sur demande du club de race, la décision définitive appartenant à la SCC sur proposition de la CUNSE.

Le concept de sauvetage à l'eau avec des chiens doit être compris comme le travail d'un couple indissociable "Maître/Chien", comme pour le travail de chiens d'avalanche ou de catastrophe. Dans la mesure où cette discipline met en évidence les capacités d'initiatives, intellectuelles et physiques du chien, elle contribue à la sélection des races. Les concours ne doivent pas être orientés vers une finalité opérationelle. Le Chien ne doit pas être considéré comme un contractuel du Sauvetage, mais comme un auxiliaire dont les capacités, l'instinct, et le dévouement aident son maître: L'HOMME.

La discipline est basée sur les points suivants

- l'instinct à l'eau du chien

- un travail d'obéissance et d'assouplissement à terre

- un travail d'endurance à la nage

- l'exécution d'exercices divers et précis de sauvetage.

La progression dans la réalisation des différents exercices de sauvetage se fera en cinq phases : 1er, 2ème, le séléctif et le Brevet Mer.

Un championnat de France et une Coupe de france sont organisés chaque année.

IMPORTANT:

Nous insistons sur le fait qu'un entraînement à l'eau du chien, pratiqué très sérieusement, mais progressivement, est indispensable. Le chien se présentant aux épreuves doit posséder : Musculation, Souffle et Résistance.

Laisser un commentaire


NOTA : tous les commentaires sont soumis à validation avant publication.

Les commentaires postés

Postmaster le 04.03.15 - 12:31:10
Début des commentaires
4294